Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

S’ENGAGER POUR GAGNER… POUR LA FRANCE !

12 Mai 2012 , Rédigé par Patrick CLEMENT

 

Une page est tournée. Les français ont voulu changer de Président de la République. Plus exactement, certains français ont voulu rejeter un Président de la République atypique, avec ses traits de caractère qui pouvaient irriter mais aussi cette énergie réformatrice qui tranchait par rapport à nos derniers Présidents de la République…

Certains français, car ceux qui ont fait la différence se reconnaîtront. Ils ont choisi de suivre les prises de position des candidats éliminés au premier tour qui auraient pu faire pencher la balance de l’autre côté en s’engageant derrière Nicolas SARKOZY. Ils n’ont pas voulu le faire et c’est leur responsabilité. Marine LE PEN, malgré ses efforts pour faire de son parti un mouvement reconnu et accepté dans le paysage politique, a pris acte du fait que cette inflexion patente n’était pas acceptée en tant que telle. Le Front de Gauche est plus républicain que le Front National manifestement… Elle est restée dans sa logique, artificielle selon moi, du « ni Droite ni Gauche », ou en tout cas une stratégie qui trouvera vite ses limites. François BAYROU, alors que son positionnement politique et surtout économique le plaçait clairement dans le camp de Nicolas SARKOZY, a préféré le candidat qui ne répondait à aucune de ses exigences dans ce domaine. Sans commentaire. Je n’ai vu aucune consigne de vote émise par Nicolas DUPONT AIGNAN ! Curieuse conception de l’engagement politique.

Mais surtout, que de déceptions, de Dominique de VILLEPIN à Corinne LEPAGE, en passant par des hommes politiques de moindre envergure mais qui doivent toute leur carrière à la Droite, comme Jean-Jacques AILLAGON par exemple, on croit rêver. En tout cas, ce n’est pas à leur honneur quand on connait leurs convictions politiques, enfin celles qu’ils affichaient. C’est la nature humaine. A ceci près que, lorsque l’on s’engage en politique, on n’est plus seul, on entraîne derrière soit des citoyens qui croient en vous. Même si le choix personnel fait par un leader politique n’est pas contraignant pour ceux qui ont voté pour lui, il engage sa responsabilité et donne une direction à ses électeurs.

N’épiloguons pas, cela ne sert à rien.

Parlons de l’avenir et classons le passé. L’avenir, ce sont les élections législatives. Un gaulliste ne peut pas rêver d’une cohabitation qui est contraire à l’esprit des institutions de la Vème République. Pourtant, pourtant… François HOLLANDE est désormais notre Président de la République. Nous l’acceptons démocratiquement bien entendu. Mais mes remarques précédentes visaient à rappeler à quel point son élection marquait plus le rejet d’un homme que l’adoubement d’un candidat. En tout cas, en termes de majorité.

Surtout, demain, ce sont 577 combats locaux qui s’engageront. J’entends dire que les français vont conforter comme ils le font à chaque fois leur vote de l’élection présidentielle. Mais justement, leur vote lors des élections présidentielles n’était pas clair. Ce n’était pas un vote majoritaire en faveur de la Gauche. Demain, les français iront voter pour élire leur député et non pour le candidat de Nicolas SARKOZY ou de François HOLLANDE. Ils vont voter en fonction des personnalités et des couleurs politiques représentées. Quand j’observe certains journaux appliquer les résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle dans chaque circonscription pour imaginer quel sera le sort de ce combat local, je souris. Quelle ineptie ! Et si je suis contredis le 17 juin prochain, je veux bien manger mon chapeau et considérer que mon analyse politique était à côté de la plaque en termes crus.

Mais je maintiens aujourd’hui que l’on ne peut pas interpréter les résultats de dimanche dernier de manière mécanique. Les cartes seront rebattues. Et là, tout peut arriver. Je ne dis pas que la Droite obtiendra la majorité mais par contre, j’affirme que c’est tout à fait possible quand on voit le vrai rapport de force du premier tour des élections présidentielles et en tenant compte, une fois de plus, du fait selon lequel ces 577 affrontements verront s’opposer des personnalités locales. Enfin, en principe, sauf quand certains estiment plus intéressant de faire de la provocation… A Marine LE PEN de ne pas tomber dans le piège tendu par Jean-Luc MELENCHON et que les medias ne manqueront pas de médiatiser, surtout à la moindre dérive. Et j’ai vu par le passé, vu de mes propres yeux, la manière avec laquelle certains étaient passés maîtres dans l’art de créer la polémique... Connaissant ces pratiques détestables, je souhaite que Marine LE PEN ne tombe pas dans le panneau, ainsi que ses partisans ou ses supporters.

Alors, pour éviter que la situation de la France ne se dégrade pas plus en évitant la mise en œuvre du programme socialiste, je fais mien le souhait d’une cohabitation. Que François HOLLANDE préside, et que la Droite gouverne et prenne les décisions courageuses que la crise imposera de plus en plus.

C’est mon espoir. Si nous n’étions pas plongés  dans ces événements dramatiques sur le plan économique, j’accepterais la loi de l’alternance dans toute sa logique mais en l’occurrence je ne peux pas m’y résoudre.

J’engage toutes les forces de Droite à savoir se montrer dignes des circonstances. Nous ne pouvons pas prévoir l’avenir mais, qu’elles agissent en tenant compte de ce que l’Histoire pourrait être en cas de victoire d’une majorité faisant sienne le programme qui nous a été présenté par François HOLLANDE. Désolé pour lui, mais il doit savoir au fond de lui-même que la direction proposée n’est pas la bonne. Ou alors, je ne le comprends pas.

Le pouvoir n’est rien, c’est le résultat de la politique conduite qui importe ! Alors, il faut s’engager pour gagner… pour la France.

 

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 12 mai 2012

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article