Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

JESUS ETAIT-IL DE DROITE OU DE GAUCHE ?

21 Septembre 2013 , Rédigé par Patrick CLEMENT

La question parait aussi stupide que celle qui consisterait à demander à un pape s’il était de droite ou de gauche… Evidemment, Jésus ne serait aujourd’hui ni de droite ni de gauche puisque son message transcendait ce genre de considération pour s’adresser à l’homme et s’élever vers Dieu.

Que l’on soit chrétien ou non, la valeur des paroles de Jésus reste entière. En prononçant les formules si connues, « Mon royaume n’est pas de ce monde » et « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », Jésus a clairement montré la voie qui était la sienne, une voie spirituelle tournée vers les hommes. Finalement, Jésus était le promoteur d’une République laïque. Ce n'est d’ailleurs pas pour rien que la République telle que nous la concevons aujourd’hui est née en terre chrétienne. Sans s’étendre sur le sujet, une telle conception de l’organisation politique ne se retrouve pas nécessairement sur d’autres terres baignées dans un environnement spirituel différent. Je pense bien évidemment par exemple aux musulmans qui placent, pour simplifier, le Coran au-dessus des lois.

Alors évidemment, celles et ceux qui ont formé le vœu de porter le message de Jésus ne peuvent que respecter cette élévation d’esprit en ne prenant pas parti dans le débat politique sous forme d’engagement pour les uns ou pour les autres. Cela ne veut pas dire rester indifférent et ne pas se faire le messager des paroles et donc des idées de celui pour qui ils consacrent leur vie mais c’est évidemment se situer à un autre niveau et donc hors du champ politique dans lequel se situe les citoyens. Transgresser cela reviendrait pour eux à trahir Jésus et donc à trahir Dieu, et encore plus pour celui que les catholiques considèrent comme étant le premier d’entre eux, le pape.

L’histoire est parsemée évidemment de transgressions plus graves de la part des hommes d’Eglise et bien évidemment aussi de leur représentant, le pape. Avant tout, ce sont des hommes et ils sont donc soumis à leur nature humaine. L’Eglise a d’ailleurs bâti sa puissance sur des dogmes qu’elle a établis de sa propre initiative, hors Jésus. Tout cela relève des logiques classiques des règles visant à souder une communauté humaine, quelle qu’elle soit.

Mais revenons à notre question. Jésus était-il de droite ou de gauche ? La tentation il est vrai est de considérer que le discours de Jésus s’inscrit dans une dialectique identifiée à gauche aujourd’hui. La défense du pauvre, le regard compatissant vis-à-vis du riche, l’accueil de l’étranger,… Bref, une lecture rapide permettrait de penser que, s’il fallait classer Jésus, il serait de gauche. Et donc, les chrétiens seraient plutôt de gauche…

Volontairement, je grossis le trait mais c’est pour les besoins de la démonstration. Je l’ai dit plus haut, la finalité du message de Jésus se situait dans son esprit sur un tout autre plan mais il est vrai qu’il avait des répercussions sur le quotidien. Le débat a heureusement été tranché tant il est clair qu’un chrétien fait la différence entre sa foi et ses convictions politiques. Mais il n’en demeure pas moins un halo persistant.

Pour ma part, je considère que la question mérite également d’être abordée sous un angle politique. Une politique de gauche apporte-t-elle les réponses aux maux qu’elle est censée combattre. Là encore, en faisant court, je prétends que la réponse est négative. L’enfer est pavé de bonnes intentions, si tant est qu’il y ait vraiment bonne intention et non arrière-pensée électoraliste. Un ange passe… Au risque de paraître caricatural, et je reconnais bien volontiers que cela mériterait d’être nuancé, la politique de Gauche menée depuis plus de trente ans, et imprégnant la Droite depuis encore plus longtemps…, aboutit au résultat inverse de l’effet soi-disant recherché. Que constatons-nous d’après ce qui nous est rapporté ? Les français dans leur ensemble sont moins riches. Or, je reste persuadé, sans être un adorateur invétéré d’Adam SMITH, que c’est tout de même la richesse d’une Nation qui favorise l’élévation de richesses de tous, même si des inégalités se forment. Mais ne vaut-il pas mieux avoir le minimum vital à côté de gens très riches que d’être dans la misère à côté de gens… pauvres. Je force le trait bien évidemment.

Tout dans la politique de gauche, en tout cas dans la pensée de gauche, car heureusement la traduction dans les faits est ensuite plus nuancée, tout est dans le verbe sans considération de la réalité. Et voilà pourquoi les conséquences qui en découlent ne sont jamais celles attendues… par eux en tout cas. Et à chaque fois, après tant de dégâts, et sans jamais pouvoir redresser la barre, la réalité s’impose et oblige à modifier tant bien que mal le tir, les ayatollahs demeurant toujours aussi nombreux… Insécurité, injustice, inégalités, … viennent orner le tableau de chasse de la gauche à chaque fois qu’ils arrivent au pouvoir. A la limite, c’est le jeu de l’alternance politique et je ne m’en offusquerais pas plus que cela si la gauche ne s’évertuait pas à ouvrir nos frontières inconsidérément au point de menacer maintenant clairement l’équilibre de notre Nation et les valeurs de la civilisation qu’elles portaient jusqu’à présent. Mais c’est une autre histoire.

Jésus n’est donc ni de droite ni de gauche et doit porter un regard amusé sur ce qu’a fait l’Eglise à travers lui, tout en ayant forcément une pensée émue pour ceux qui consacrent leur vie à sa mémoire. En tout cas, il nous laisse libre de nos opinions politiques. Alléluia !

 

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 21 septembre 2013

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article