Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

FAIRE UN BILAN DU PRECEDENT QUINQUENNAT ? LOL (LAUGHING OUT LOUD) !!!

18 Août 2013 , Rédigé par Patrick CLEMENT

Comme disent les « jeunes », LOL (mort de rire en quelque sorte) ! Quand j’entends le débat actuel sur la question de savoir s’il faut faire un bilan ou non du précédent quinquennat, j’ai envie de répondre : LOL !

On pourrait surenchérir encore en restant dans le même genre : Nan, mais allo quoi !

Vous êtes ridicules mes amis, ridicules. Ne vous étonnez pas si votre navire se vide…

Enfin quoi, qu’est-ce que la politique sinon proposer une vision de la société et tenter de mettre en œuvre le programme défini dans cette optique une fois au pouvoir. Alors, bien évidemment, lorsque les électeurs sanctionnent le résultat de cette action, il est non seulement légitime mais primordial de comprendre pourquoi. C’est d’ailleurs le lot quotidien de toute initiative engagée dans le domaine privé.

Il est vrai que l’évaluation n’est pas le fort de nos politiques publiques…

Mes amis, mes pauvres amis, bien sûr qu’il faut évaluer le précédent quinquennat. Et je vais vous faire une confidence ! Puisqu’en principe la majorité actuelle au pouvoir l’est encore pour quatre ans, je ne saurais trop vous recommander d’aller au-delà avant de réfléchir à ce qui pourrait être un programme d’action pour la reconquête de la majorité…, voire de notre pays.

Oui, au-delà, car nous ne manquons pas de matière grise en France, nous manquons de courage pour porter une ambition. Ainsi, c’est à un vaste chantier de refondation de la Droite que j’appellerais nos dirigeants politiques. Quel bilan tirer de l’action menée depuis les années 1980 en vérité ? Mais aussi, quel bilan à la lumière de celui tiré depuis le début de la Vème République ? Mais encore, quels enseignements dégager de la politique de la France depuis la seconde guerre mondiale. Et si j’osais enfin, quelle mise en perspective avec l’action de la France depuis la fin de la première guerre mondiale. Oui, sincèrement, je remonterais bien jusqu’à ce début du XXième siècle qui marque notre histoire moderne et permet de dégager les grandes lignes de force. Rassurez-vous, non seulement, nous avons la matière grise pour faire ce bilan mais en plus, avec un peu d’honnêteté et de lucidité, nous pouvons facilement prendre appui sur les multiples études publiées en la matière.

Pourquoi remonter si loin ? Parce que j’ai parlé de refondation de la Droite, voire de la France. Et pour cela, je pense qu’il faut nous replonger dans cette période finalement récente qui est constitutive de l’état actuel de la France. Bien évidemment, il conviendra de nous focaliser plus particulièrement sur ces dernières années. Mais nous ne créerons pas l’élan nécessaire à cette refondation sans identifier ce que je nommerai les « racines du mal » !

Et ensuite, la voie sera libre pour proposer le programme d’action qui se dessinera presque de lui-même à la lumière des constats réalisés. Même si François HOLLANDE est le plus mal placé pour engager une réflexion sur la France de 2025, compte tenu de la multiplication des erreurs d’analyse faites dans tous les domaines depuis un an, force est de constater que, par contre, en termes de méthode, c’est bien à cette échelle qu’il faut fixer notre réflexion pour engager une politique capable de redonner à la France une place d’honneur. Alors, plutôt que de se moquer, retroussons nos manches. Le court terme ne peut se concevoir que dans une perspective à moyen et long terme.

Ceux qui comme moi se réclament du gaullisme ne sont pas des fétichistes ou des « has been » mais sont tout simplement respectueux d’un homme qui portait une vision de la France, comme d’autres avant lui. Au-delà des appréciations que l’on pourrait avoir sur l’homme et sa politique, et donc de son bilan, je crois que c’est cela la marque d’un grand homme. C’est en cela que je me reconnais gaulliste. Voir loin pour tracer la trajectoire, ici et maintenant, qui permettra de parvenir au but. Je crois que nous avons perdu cet état d’esprit.

Alors, plus qu’un bilan, après le faux espoir d’une vraie rupture porté par Nicolas SARKOZY, c’est bien à une remise en question du passé, une prise de conscience de la politique que doit mener la France qui doit nous mobiliser. Le reste n’est que futilité et politique politicienne. Vous l’avez compris, cela ne m’intéresse guère. C’est sans doute pour cela que je me situe un peu à part sur l’échiquier politique, si tant est que j’y sois visible... Mais ils sont si nombreux les français qui pensent comme moi que je ne désespère pas même si je trouve le temps bien long. Cela dit, la vie nous apprend la patience et pour prendre de nouveau Charles de Gaulle en exemple, nul n’ignore qu’une très longue traversée du désert a précédé l’heure des victoires !

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 18 août 2013

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article