Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

UN MONDE EXPLOSIF !

1 Octobre 2017 , Rédigé par Patrick CLEMENT

La nature humaine ne cesse de me surprendre. Dans un monde potentiellement explosif, on pourrait penser que les uns et les autres enclencheraient un mouvement universel orienté dans la même direction. Mais j’ai plutôt l’impression d’assister à une sorte de vaste mouvement brownien. Mon constat revient à celui que je faisais en évoquant la girafe dont le grand écart des pattes antérieures risquait de la précipiter au sol (cette image n’est sans doute pas la plus parlante, je vous le concède).

Naïvement sans doute, appartenant à une génération qui n’a pas connu internet au début de sa vie, je pensais que cette globalisation du monde, cette connexion potentielle de tous avec tous allait entraîner une forme de convergence des esprits ; l’accès au savoir étant devenu universel en quelque sorte.

En fait, il faut reconnaître que c’est bien le cas à travers l’accroissement du sentiment d’interdépendance de tous les êtres humains qui aboutit, par exemple, à un élan de solidarité en cas de catastrophe naturelle sur un point du globe, ou l’envie de réfléchir ensemble à ce qu’il est convenu d’appeler le dérèglement climatique (si tant est qu’il n’ait pas toujours existé…).

Mais, en même temps…, on assiste à une sorte de repli sur soi, de repli identitaire aux contours variés. On pense bien évidement aux religions, et notamment à l’Islam qui se développe en France et en Europe, en bousculant nos habitudes. Mais aussi, à cette notion d’identité qui révèle une variété de facettes, en les renforçant, allant ainsi à l’encontre d’un mouvement naturel semblait-il vers une sorte de reconnaissance de chacun en un citoyen du monde.

Le spectacle du referendum en faveur de l’indépendance de la Catalogne en est une illustration frappante. Dans ce monde complexe où se dessinent de grands blocs géopolitiques dont on redoute un futur affrontement et où des tensions idéologiques ou religieuses s’accroissent, on pourrait imaginer une fuite en avant pour que la Nation vous protège, ou ce bloc géopolitique que je viens d’évoquer, ce qui pour nous, reviendrait à mettre tous nos espoirs dans une Europe protectrice.

Et pourtant, on constate une réelle ferveur de la part des catalans pour affirmer leur indépendance et risquer de se priver tout de même du bouclier protecteur de l’Etat national, l’Espagne. Entendons-nous bien. Revendiquer plus d’autonomie ou le maintien de coutumes locales comme cela se fait au pays basque français par exemple me parait compréhensible, au sens où je peux le comprendre (moi, le parisien de souche…), mais là, il s’agit de faire sécession. Vous me direz que l’on peut y voir un effet de la politique de l’Union européenne qui a favorisé cette identité régionale dans le but non avoué mais évident d’affaiblir l’identité nationale en poursuivant l’objectif ainsi d’un renforcement de l’identité européenne qui remplacerait aux yeux de ces entités régionales la vieille Nation de rattachement ; effet garanti par une vieille rancœur encore tenace des anciennes provinces vis-à-vis de l’Etat-Nation qui les avait dépossédées de leur « souveraineté » (et par ce mal qui nous ronge consistant à privilégier à tout prix sa manière de vivre et de penser sur tout le reste au détriment d’un « vivre ensemble » répondant aux règles de l’altérité !).

Mais ne voit-on pas qu’en agissant ainsi, nous morcelons les territoires qui deviendront des proies plus faciles pour des prédateurs – Etats ou blocs géopolitiques mais aussi populations devenant majoritaires numériquement parlant et pouvant ainsi plus facilement à terme faire du territoire concerné un territoire répondant à leurs propres aspirations, religieuses notamment. Je peux me tromper mais je pense que cet aspect des choses est à prendre en considération, dans la mesure où des empires se renforcent sans s’ouvrir, telle la Chine, et des religions prospèrent sans nécessairement s’accorder aux valeurs qui ont fondé notre modèle de civilisation.

Quand on voit l’écart qui s’accroit dans la manière de penser des uns et des autres, on ne peut que s’inquiéter ou en tout cas se poser des questions pour tenter d’y remédier. La scène française nous permet de toucher du doigt un tel phénomène. S’y croisent ceux qui défendent une liberté que rien n’est censé arrêter car elle est le reflet de ce qui est considéré comme la mise en œuvre d’un droit personnel – quasi universel - et ceux qui placent leur vie entre les mains d’un ordonnancement religieux qui leur commande par exemple de respecter des rituels de prières, d’alimentation, de jeûnes,… Et tout cela sur fond d’avancée incroyable dans la compréhension du monde, de l’univers jusqu’au fonctionnement de l’homme, ce qui devrait me semble-t-il nous amener à entrevoir la vie à l’aune des découvertes ainsi faites et des enseignements pour la vie, et donc notre vie, qui peuvent en être retirés.

Je ne sais pas si je me fais bien comprendre mais j’ai vraiment l’impression que ces manières tellement opposées de penser sa vie et notre monde risquent d’aboutir à une confrontation prochaine. Et ce d’autant plus que malheureusement, ces replis ne facilitent pas l’échange des idées pour évoluer dans des sens peut-être pas identiques mais tout au moins compatibles.

On me traitera de pessimiste. Sans doute. Mais ne vaut-t-il mieux pas prévenir que de se retrouver dans la tourmente ? Je ne fais que poser de manière imparfaite certainement les termes du débat. Mais ce débat est bien réel selon moi et selon tout observateur « objectif », même si ma position est connue puisque je plaide pour une adaptation de notre monde aux avancées scientifiques qui nous permettent d’affiner notre compréhension du sens de la vie et donc notre manière de vivre (ce qui ne veut pas dire que nous n’avons pas désormais une obligation morale, et civilisationnelle, de baliser notre parcours qui pourrait sinon nous mener là où nous n’aurions pas dû nous engager…).   

Soit nous laissons les choses se faire, soit nous tentons de les organiser en fonction d’un monde qui répond aux critères d’une civilisation que l’on pourrait qualifier d’universelle, dans le respect pour encore longtemps cependant des civilisations « particulières » ! La tâche est ardue. D’autant plus que se mêlent les évolutions qui ne toucheront qu’une partie de la population mondiale dans un premier temps et les manières de vivre de peuples attachés à leur mode de développement ancestral. Je le répète, c’est bien cet écart qui ne peut que s’accroître qui m’interroge, et m’inquiète, car il est constitutif d’un monde explosif, je le crains. Tout en sachant, et pour tout vous dire, c’est mon secret espoir, que des découvertes ou des « rencontres » pourraient nous permettre de faire un saut dans notre compréhension de l’univers ce qui permettrait de se concentrer sur l’organisation de notre monde en partageant tous alors la même compréhension de ce monde, de notre univers, et de la Vie. L’espoir fait vivre…

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 1er octobre 2017

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article