Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

THERESA MAY ET DONALD TRUMP, LES HERITIERS DE MARGARETH THATCHER ET DE RONALD REAGAN ?

21 Octobre 2016 , Rédigé par Patrick CLEMENT

A la suite du débat organisé dans le cadre des élections présidentielles américaines entre Hillary CLINTON et Donald TRUMP, j’aimerais donner un avis personnel, entièrement personnel. En effet, on juge quelqu’un me semble-t-il un petit peu comme on évalue les sondages : dans le temps !

Ainsi, selon moi, en fonction de ce critère, Donald TRUMP l’emporte haut la main dans ce dernier débat opposant les deux candidats. Il a indéniablement progressé en trois débats pour un observateur honnête. Il s’est maîtrisé tout en lâchant ses coups face aux attaques de son adversaire.

Hillary CLINTON a stagné quant à elle. Elle a passé beaucoup de temps à taper de nouveau sous la ceinture et a eu du mal à se justifier elle-même en retour quand elle devait subir les contre-attaques de Donal TRUMP. C’était un peu une lutte à front renversé, Hillary CLINTON jouant la « bad girl ».

J’ai été frappé par une évidence lorsqu’Hillary CLINTON prenait la parole. Effectivement, quand on baisse les yeux face à la caméra pendant 90% du temps « c’est qu’on est mal dans ses baskets… » aurait pu dire la grand-mère de Martine Aubry. Ou sa fille plutôt...

La première moitié du débat a permis d’aborder des questions de fond qui parlent aux gens. J’étais agréablement surpris par rapport aux deux précédents débats dont le niveau reflétait celui des questions posées par les journalistes… Mais notre journaliste s’est lui aussi ensuite souvent laissé aller à poser des questions par le petit bout de la lorgnette. En tout cas, c’est l’impression que j’en ai eu bien que certaines thématiques de fond aient tout de même été abordées, heureusement.

Mon pronostic ? Après l’exemple de Cécile Duflot qui nous a montré que le vote des électeurs ne correspondait pas nécessairement au choix des observateurs, je dirais qu’Hillary CLINTON a du souci à se faire. Oh, bien sûr, les sondages contredisent cette prise de position. Attendons donc le vote ! En tout cas, Donald TRUMP est loin d’être battu selon moi. Je dirais même que je le vois gagner !

Et cela m’amène à un parallèle qui va en surprendre quelques-uns. A la toute fin des années 1970 et des années 1980 ont sévi deux figures fortement contestées, pour ne pas dire plus, par nos médias, nos intellectuels et… de manière générale par tout ce que comptait la Gauche. Margareth THATCHER était une sorcière libérale ignoble. Ronald REAGAN était un piètre acteur de cinéma de second rang, quasi stupide. Pourtant les économies britanniques et américaines vont connaître grâce à eux un rebond notable.

Donald TRUMP, nous l’avons déjà dit, représente cette majorité silencieuse qui se sent déclassée et cette envie de redonner son rang aux Etats-Unis. Ne sous-estimons pas la puissance de la révolte des américains qui ne se réduit pas à ces mises en scène de trublions gauchistes fortement médiatisés.

Quant à Theresa MAY, au-delà des sempiternelles considérations sur les effroyables conséquences que subirait le Royaume-Uni avec le vote en faveur du Brexit, celle-ci va peut-être nous étonner et démontrer que le rejet de l’Union européenne, telle qu’elle a malheureusement évolué, a du sens. Ne sous-estimons pas là non plus nos amis d’outre-manche qui ont démontré par le passé leur capacité à être pionnier dans l’histoire (la Monarchie constitutionnelle, la révolution industrielle,…).

Rien ne nous dit que nous ne sommes pas à la veille d’un nouveau cycle, non concerté entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis, mais concordant dans la volonté pour les Etats de se réapproprier leur destin national, sans pour autant tourner le dos au monde comme le prétendent un peu facilement les contempteurs de cette évolution.

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 21 octobre 2016

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article