Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

FRANCOIS HOLLANDE CHANGE DE CONSTITUTION POUR RETOURNER A LA IVème REPUBLIQUE

10 Février 2016 , Rédigé par Patrick CLEMENT

« Yes he can » dirait Barak OBAMA ; oui, François HOLLANDE va réussir en un quinquennat à nous faire revenir aux affres des « combinazione » des partis politiques comme aux plus belles heures de la IVème République.

Comme je l’ai déjà écrit et comme je m’en suis étonné dès le lendemain du discours de François HOLLANDE en novembre dernier au Congrès de Versailles, cette réforme constitutionnelle n’est qu’une manœuvre politicienne qui ne grandit pas son inspirateur. La pauvre Solenn de Royer, tombée en pâmoison devant François HOLLANDE dans son article paru dans le Figaro le lendemain, m’avait stupéfait tant les louanges du chef de guerre, brillant, parlant avec conviction, et même ayant fière allure, étaient aux antipodes de ce que le commun des mortels avait pu constater devant son petit écran.

La seule explication possible de cet enfumage des partis de l’opposition réside selon moi dans l’intoxication médiatique vantant les mérites de l’Union Nationale des partis politiques permettant à la France de faire face au terrorisme en gommant leurs divisions. Foutaise. Enfin, oui, pour prendre les mesures afin de lutter, efficacement, contre la terreur islamiste mais, non, mille fois non, pour tomber dans ce piège grossier tendu par François HOLLANDE et dénoncé aussitôt par de nombreux commentateurs un tout petit peu éveillés, eux. Le seul objectif, évident, poursuivi par François HOLLANDE était d’apparaître comme le chef de la Nation paradant devant les parlementaires réunis, communiant tous ensemble devant la « grande » réforme constitutionnelle du quinquennat.

Oh, mon pauvre de Gaulle ! Encore une infamie de plus à supporter du haut de ta demeure…

Soyons sérieux une minute. Prenons du recul. Devenons un observateur extérieur. 130 morts, des centaines de blessés,…, un pays traumatisé, et depuis trois mois bientôt, l’actualité politique tourne autour d’un article relatif à la déchéance de nationalité tandis que l’autre article s’attache au renforcement du statut de l’état d’urgence. Et c’est cela qui va apparaître comme la réponse de la France à l’état de guerre dans lequel nous sommes entrés selon le Président de la République. Que des dispositions aient été introduites, un jour, à l’occasion, dans la Constitution pour préciser ces questions, je peux le concevoir, mais que cela soit la réponse urgente nécessitant la convocation du Congrès à Versailles toutes affaires cessantes, c’est tout simplement pathétique.

Et que les partis de l’opposition aient pu se laisser rouler ainsi dans la farine est consternant. A un moment donné, il faut dire stop. Il aurait fallu dire stop depuis le début mais le contexte aidant, on peut imaginer les réticences à paraître rompre la pseudo Union Nationale pour faire face à l’ennemi. Mais maintenant trop c’est trop. Réveillez-vous, bon sang. Il n’est pas trop tard.

L’état de notre pays s’est dégradé sur le plan économique, en matière de sécurité, d’immigration,…, sans parler des réformes ridicules subies depuis le début du quinquennat. Alors, de grâce, ne vous associez pas à cette pitrerie. Votez toutes les mesures nécessaires pour lutter contre l’Etat islamiste et pour le reste, la vie politique continue. Faîtes donc votre travail d’opposition. C’est nous qui vous payons d’ailleurs pour cela ! Nous n’en avons vraiment pas pour notre argent…

Respectez la Vème république, respectez nos morts et nos blessés, et tous ceux qui souffrent depuis ces attentats, et gardez votre honneur d’homme politique.

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 10 février 2016

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article