Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

LE PURGATOIRE DES SOCIALISTES, AVANT LA DESCENTE AUX ENFERS ?

14 Décembre 2015 , Rédigé par Patrick CLEMENT

Fidèle à mon habitude, je vais vous livrer mon jugement sur l’actualité politique, fruit de mon analyse mais surtout de mon intime conviction. L’immense avantage de cette modeste tribune est de pouvoir bénéficier d’une liberté totale d’expression, reflet de mes états d’âme. Libre à vous d’en partager les émanations…

Ce deuxième tour des élections régionales témoigne à la fois de la nette désaffection des français vis-à-vis des socialistes mais aussi de la capacité de ces derniers à faire front commun avec leurs alliés divers et variés, de gauche, malgré leurs divergences affichées au quotidien, hors période électorale. Cela ne va pas sans perte en ligne, en termes de nombre d’électeurs, mais cela suffit à préserver les socialistes d’une déculottée, pourtant méritée, compte tenu notamment de la forte progression du Front National qui, manifestement, a empêché l’alliance des Républicains et du Centre d’obtenir une victoire plus éclatante. Je ne suis pas sûr d’être très original dans cette analyse bien que la manière de la présenter détonne certainement par rapport à celle employée par nos médias partisans, lesquels n’hésitent même plus à dissimuler leurs préférences politiques lors des soirées électorales, notamment…

Le problème de nos médias français, en dehors de leur engagement partisan avéré, c’est souvent leur manque d’analyse prospective. Vous me direz que les journalistes ne font que commenter l’actualité. C’est vrai mais souvent ils sont incapables d’aller au-delà de leur prisme déformant pour avoir une véritable ouverture d’esprit. Je me souviens par exemple des attentats islamistes au Canada en octobre 2014, et notamment celui qui s’était déroulé au Parlement canadien. Les journalistes s’auto-persuadaient que, bien évidemment, la France était à l’abri de ce genre d’attentats, ce qui m’avait fait littéralement bondir. Il s’agissait seulement de contredire certains avis divergents sur le sujet qui avaient le tort d’émaner de ceux qui n’avaient pas l’onction de la bien-pensance. En clair, le sentiment dominant est que la majorité des journalistes orientent leurs commentaires en fonction de critères qui n’ont rien à voir avec la rigueur intellectuelle mais plutôt avec la bonne orientation qu’il convient de donner à tel ou tel fait. C’est très inquiétant pour la démocratie compte tenu une nouvelle fois du manque criant de diversité des journalistes en termes d’opinions politiques. Je m’arrête là car le sujet mériterait de plus longs développements, assortis de preuves rassemblées au quotidien ; tellement nombreuses désormais.

Une autre manifestation très inquiétante d’une dérive de notre démocratie vient de nous être donnée la semaine dernière par le Premier Ministre, porte-parole du parti socialiste, pour retirer les listes présentées dans trois régions susceptibles d’être emportées par le Front National. Sans reprendre mon propos sur notre presse, il est inconcevable que les médias n’aient pas réagi fortement à cette manœuvre anti-démocratique scandaleuse. Il ne s’agit pas de prendre position pour ou contre le Front National. Il convient juste de considérer que ce parti est légal et présentait des programmes dans chaque région dont aucune proposition ne pouvait être considérée comme illégale. Que le Premier ministre puisse ainsi décider de retirer les listes du parti socialiste constitue selon moi une atteinte très grave aux règles de notre démocratie dans le cadre de ces élections régionales. Je maintiens d’ailleurs l’affirmation énoncée dans mon précédent article selon laquelle cette décision du parti socialiste est anticonstitutionnelle et pourrait entraîner l’annulation du scrutin dans les deux régions, Nord-Pas de Calais-Picardie, et Provence-Alpes-Côte d’Azur, où elle a été effective. Qu’un tel comportement en tout cas ne soulève pas l’indignation unanime des commentateurs m’inquiète au plus haut point pour notre démocratie. Mais quelle sera donc la prochaine étape ? Subsidiairement, constater ensuite la défaite du Front National, en tout cas dans ces deux régions, pour évoquer un plafond de verre, alors que c’était le « tous contre un », avec d’ailleurs un score tout à fait étonnant au contraire pour ce parti dans une telle configuration, là encore, la mauvaise foi laisse sans voix.

Quelles conclusions en tirer pour la ligne à suivre pour ces partis politiques ?

Mettons de côté la Gauche car j’avoue que je ne vois pas ce qui pourrait changer d’ici les élections présidentielles de 2017, en faisant abstraction d’événements tragiques qui pourraient de nouveau survenir.... Le Président de la République conservera sa politique que les médias complaisants tenteront d’enjoliver et de défendre, envers et contre tout. Quant aux psychodrames des socialistes « frondeurs », des écologistes, des communistes, etc., leur imagination étant sans borne, je ne me risquerai pas à tenter de les anticiper.

Pour ce qui concerne la Droite, dite classique à défaut de trouver un autre terme, je ne suis pas sûr qu’elle ait bien compris le message des électeurs, en tout cas pas tous ses représentants…. Je me contenterai de leur livrer un conseil. Si les médias vous critiquent, c’est que vous êtes sur la bonne voie. Continuez ! Est-il encore besoin de dire que selon moi la Droite en devenant une sorte de Centre « amélioré » a déçu les français. Il lui faudrait au contraire plus de courage pour affirmer ses propres valeurs en matière d’économie, d’insécurité, d’immigration, d’éducation,… et surtout que ses élus locaux ne soient pas en contradiction avec cet élan éventuellement retrouvé… Permettez-moi de saluer, une fois n’est pas coutume, le discours d’Alain JUPPE hier soir, affirmant clairement qu’il fallait proposer aux français une autre politique, dans tous les domaines, que celle actuellement menée. Mais oui, tous les jours, l’opposition doit dénoncer les erreurs de ce gouvernement et proposer des mesures différentes. Il serait temps, trois ans et demi après l’élection de François HOLLANDE… C’est un vrai travail ! Enfin, pour conclure, je dois dire comme je l’avais déjà évoqué lors des primaires socialistes que je ne suis pas un chaud partisan des primaires car cela témoigne à mon avis d’une faiblesse dans la capacité à faire émerger le leader d’un parti au fur et à mesure de son avancée dans son rôle d’opposition. Difficile de revenir en arrière maintenant mais je crains le pire…

Et maintenant le Front National. J’ai déjà dit que rien ne permettait aujourd’hui de classer le Front National comme un parti d’extrême droite. Je vous renvoie à mes articles précédents sur le sujet. Là encore cette connivence entre les médias et les partis dits de gouvernement ne peut être que jugée suspecte par les français qui se reconnaissent dans les idées de ce parti, et surtout dans les femmes et les hommes qui portent ces idées, et qui leur ressemblent. Cela me choque profondément et cela témoigne encore une fois d’une démocratie malade. Cela ne veut pas dire que les idées du Front National ne puissent pas être débattues, voire combattues dans le cadre du jeu démocratique normal justement. Au risque de me répéter, ce « parti attrape tout » (« catch all party ») peut séduire, et un jour l’emporter sur ses concurrents, mais je crains que cela ne débouche sur une immense déception. Je suis sans doute vieux jeu, ou de la vieille école, mais je crois toujours que fondamentalement la vie politique s’articule autour d’un bloc de gauche et d’un bloc de droite. Peut-être suis-je resté bloqué dans mon ancien logiciel comme on dit, mais le Front National me fait plus penser au RPR (Rassemblement Pour la République) d’autrefois désormais qu’autre chose. Mais savoir séduire les classes populaires, et disons-le toutes les classes sociales, ne signifie pas que l’on propose sur le plan économique des solutions que l’on sait dépassées dans un monde qui ne nous attendra pas. Nous avons déjà le parti socialiste le plus archaïque et le plus sectaire qui soit, capable d’avoir imposé contre toute logique les 35 heures, entre autre illumination…, alors évitons de nous lancer dans de nouvelles aventures. Nous savons grâce aux réussites d’un certain nombre de pays voisins ce qui marche. Avançons ! Et dans mes rêves les plus fous, je n’exclus pas alors la possibilité d’une alliance des droites, après ces réajustements de programmes respectifs, pour remettre notre pauvre pays en marche.

I have a dream... Mais les rêves font bouger le monde !

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 14 décembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article