Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

MA LETTRE AUX PLUS JEUNES… D’ENTRE NOUS !

17 Novembre 2015 , Rédigé par Patrick CLEMENT

Je voudrais m’adresser dans cette « lettre » aux plus jeunes que moi. Je serai aussi bref que possible sans pour autant trop simplifier ma pensée.

J’ai la chance d’être curieux de nature ce qui fait que je m’intéresse à de multiples sujets et que j’ai une approche ouverte des choses. Par ma formation scientifique et juridique, j’ai développé aussi le sens de la rigueur du raisonnement. Je ne pars donc pas de postulats, voire de dogmes préétablis, mais j’aborde toute question avec l’envie de comprendre et de me forger une opinion, ma propre opinion. Cela ne veut pas dire que j’aurais nécessairement raison mais cela m’aide à modifier mon point de vue en fonction de faits nouveaux ou d’idées qui me convainquent. Bien entendu, je ne suis pas parfait non plus.

Je souhaitais apporter ces précisions car nous vivons dans une société qui caricature vite autrui surtout s’il ne s’inscrit pas dans la pensée dominante… Et c’est la raison pour laquelle je voulais préciser quelques points afin de clarifier ma pensée surtout auprès des plus jeunes qui prennent leur envol dans un monde sensiblement différent de celui que nous avons connu, dans les années 1960/1970. Une éternité déjà pour certains…

1- Le peuple français a changé depuis l’époque de mon enfance. En ce temps-là…, personne n’aurait rien trouvé à redire aux propos du général de Gaulle évoquant la France au début des années 1960, dans le contexte de la guerre d’Algérie. Je vous donne la citation complète rapportée par Alain PEYREFITTE car cela permet de comprendre sans se vautrer dans la caricature :

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées… ».

Bien. Je suis obligé de faire court donc je vous laisse méditer cette réflexion.

J’ai fait mes études à Paris, dans une école primaire publique, un collège public et un lycée public (Chaptal pour ne pas le nommer…) sans avoir dans ma classe ni un arabe, ni un noir, ni un asiatique, en tout cas pour autant que je me souvienne. En fait, le seul « non blanc » qui intégrera le lycée sera un vietnamien dont la famille avait fui le régime communiste. En un an, il aura appris le français et sera parmi les meilleurs élèves de la classe en mathématiques (j’étais dans une section scientifique).

J’ai donc vu notre pays changer considérablement sur ce plan là. La France a été d’une très grande stabilité sur le plan de sa population durant plus de mille cinq cents ans. Ouverte aux influences étrangères certes mais avec cette fameuse population blanche. Ouvrez vos livres d’histoire et vous en aurez la confirmation évidente dans toutes les représentations graphiques.

Sans reprendre tel ou tel aspect des périodes d’immigration en France, et pour ne pas vous noyer car je n’en suis pas un spécialiste non plus, disons qu’après les populations européennes (espagnols, italiens, polonais, russes,…) arrivant en France aux XIXème et XXième siècles, ce qui caractérise le plus notre pays en la matière, c’est tout de même l’immigration des maghrébins et des africains à partir de la deuxième moitié du XXième siècle, ainsi que des asiatiques dans une moindre mesure.

Mais, ce n’est pas ce que je veux mettre en valeur. Ce que je veux dire, c’est que la France de ma génération était de race blanche dans une proportion écrasante et que la France d’aujourd’hui est encore majoritairement de race blanche mais avec une très forte représentation de races différentes. Nous avons certes eu le temps de nous habituer à cette évolution mais ce qui vous semble naturel aujourd’hui est pour nous un changement considérable que l’on a vécu en quelques décennies à peine.

Est-ce bien, est-ce mal ? Est-ce bien la question maintenant finalement ?

On peut considérer que notre planète a pour vocation de favoriser ces mélanges de populations. Sur un temps long, pourquoi effectivement ne pas considérer que ce soit une ligne d’horizon. Mais nous devons naviguer aussi avec la mer et les vagues d’aujourd’hui, et les tempêtes de notre temps, ici devant nous. Ainsi, je considère que ces mouvements de population très fortement encouragés par la gauche mais très peu freinés par la droite finalement (il m’est difficile de ne pas faire un peu de politique pour exposer mon point de vue…), ont été trop intensives pour favoriser l’assimilation qui avait autrefois permis à toutes ces nouvelles populations de s’intégrer progressivement afin de s’assimiler finalement complètement au peuple français. Cette erreur, dénoncée pourtant par moi en son temps malgré les sarcasmes, mais aussi évidemment par beaucoup d’autres, en alertant sur les risques de tensions, voire de conflits et même de guerre civile, a été écartée par la pensée dominante au nom d’un dogme : l’avenir appartient aux peuples métissés ou composites en tout cas. Sans tenir compte du temps long et du temps court. Après Hitler et sa théorie raciste néfaste de la supériorité de la race blanche, le balancier repartait dans l’autre sens. Mais n’allait-il pas trop loin dans l’autre sens ?

Aujourd’hui, je crois qu’une prise de conscience est indispensable pour permettre à nos pays européens de digérer cet afflux de populations qui, venues dans un rythme trop rapide, se sont retrouvées bien souvent regroupées entre elles, empêchant alors encore plus tout espoir d’assimilation. Mais la nature reprend ses droits. Les hommes se regroupent selon leurs affinités… Les nouveaux venus comme les français dits de souche, c’est à dire incarnant la culture française d’un point de vue historique et traditionnelle.

Voilà. Dire cela n’est pas du racisme vis-à-vis de telle ou telle partie du peuple français car je suis un fidèle républicain très attaché de surcroît à notre constitution de 1958 qui rappelle dans son article 1 notamment que « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. »

Mais vouloir préserver la stabilité de notre pays doit rester selon moi une ardente obligation pour nos gouvernants. En conséquence, effectivement, je considère que la France doit adapter sa politique migratoire afin de favoriser les conditions de l’assimilation de ces nouvelles populations.

2- Le corollaire de cette immigration massive est l’arrivée de populations ayant une culture différente de notre culture européenne et, pour certains d’entre eux, mais de plus en plus nombreux, une religion différente, l’Islam.

Ah, nous y voilà. L’Islam. Soyons clairs. Je n’ai rien contre les musulmans qui croient en Dieu et qui pensent avoir trouvé la voie de Dieu en respectant une religion qui culturellement leur est proche, l’Islam.

Mais, là encore, j’ai vécu une époque où il était de bon ton de se moquer des catholiques et de leurs croyances en la résurrection de Jésus, dans les miracles, le paradis,… (je ne reviens pas ici sur la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905… qui est bien antérieure à mon époque… dont il est question ici !).

De confession catholique, j’ai donc dû apprendre à accepter la critique de ce qui était ma religion car ce mouvement de pensée avait une grande ampleur et… était à la mode. Le catholique était plutôt considéré comme ringard… Sur ma foi catholique, je vous renvoie à mon livre « Les Sens de la Vie » que j’ai mis en ligne sur mon site. Ce n’est pas le sujet sauf de dire que j’ai abordé dans ma vie la religion de manière rationnelle pour jauger ma foi et mes croyances ce qui a conduit à une évolution notable de ma part.

Non, ce qu’il est important de dire, c’est que cette liberté de pensée et d’expression vis-à-vis de la religion, à laquelle j’ai donc été confronté en tant que catholique mais que j’ai acceptée, ne doit pas disparaître aujourd’hui parce qu’il s’agit d’une religion qui possède un statut différent, pour la gauche notamment.

Le raisonnement est simple. La gauche, qui a fortement encouragé l’arrivée des immigrés, considère qu’il faut leur permettre de conserver leur culture et en particulier leur religion, voire de les favoriser. C’est aussi un réflexe quasi pavlovien puisque la droite est sensée être hostile plus naturellement aux immigrés, et surtout ceux qui constituaient l’extrême droite. Ainsi, pendant de nombreuses années, la gauche a pris le contre-pied de toute idée venant du Front National, sans même se poser la question du bien-fondé ou non des arguments invoqués… La droite, après quelques velléités d’autonomie dans sa pensée politique, a été tétanisée et a fortement subi le poids du politiquement correct imposé par la gauche sur ces sujets. A partir de là, bien que la laïcité reste invoquée par nos docteurs es « politiquement correct », une sorte de gêne pour évoquer la religion musulmane s’est faite sentir et s’est de plus en plus développée.

C’est cela que je dénonce. Comme toute religion, notre liberté de pensée et d’expression, pour autant que les choses soient dites sans agressivité, doit nous permettre, comme pour la religion chrétienne, juive, ou toute philosophie spirituelle, d’émettre des objections.

Ce qui est mon cas effectivement. Ce serait trop long de développer cette question ici mais la lecture d’un certain nombre de livres et du Coran me permettent d’avoir une opinion négative de cette religion. Tout simplement parce que Mahomet, qui est considéré comme un prophète par les musulmans, a eu une vie qui ne correspond en rien à l’image que l’on peut avoir d’un être engagé dans une voie spirituelle : multiplication des femmes et des stratagèmes pour en conquérir de nouvelles, violence pour obtenir le pouvoir et le développer, ruse… Quant au Coran qui rassemble les sourates dictées directement par l’Archange Gabriel au nom de Dieu, leur examen sérieux permet de douter très fortement non seulement de leur caractère divin évidemment mais également de leur articulation cohérente. Et ceci sans préciser que ces mêmes sourates, pour un grand nombre d’entre elles, témoignent elles aussi d’imprécations poussant à la violence et au rejet de tous ceux qui ne croient pas, les mécréants.

Dire cela ne veut pas dire que l’on soit islamophobe, c’est juste une analyse personnelle et argumentée d’une religion. Et c’est donc un point de vue qui mérite le respect et non l’opprobre. Encore une fois, j’ai mon propre jugement sur l’Islam comme je peux porter un jugement sur n’importe quelle religion.

Alors, quelle solution selon moi pourrait-elle nous permettre de sortir de cette ornière puisque des millions de musulmans, pour ne parler que de la France, croient en cette religion ? Eh bien, comme l’a permis l’exégèse biblique pour la religion chrétienne, il faut que les musulmans eux-mêmes, ainsi que les spécialistes de cette religion, engagent l’exégèse de l’Islam, ce qui a déjà été fait en grande partie. Et qu’ils diffusent le résultat de leurs recherches. Cela donnera la possibilité aux musulmans d’avoir accès à une masse d’informations qui leur permettra d’évoluer dans leur foi et surtout les contours de leur foi au regard de leur vie, ici dans leur pays, dans notre pays aux uns et aux autres.

Ce n’est pas utopiste car ce mouvement est déjà engagé auprès de milieux restreints ainsi que, notamment, par l’Imam de Bordeaux qui déclare qu’une nouvelle interprétation des textes permettrait de rendre plus adaptables à nos démocraties occidentales des textes qui datent du Moyen-âge et qui bien évidemment sont en contradiction totale avec un certain nombre de principes modernes auxquels nous sommes attachés : l’égalité homme-femme,…; principes qui doivent constituer le ciment commun de notre civilisation, quelles que soient nos religions, nos philosophies,…

Je dois dire aussi que, comme pour toute religion, un peu de discrétion ne nuirait pas. La spiritualité peut s’accommoder de pratiques moins voyantes, moins exubérantes (burqa,…) pour témoigner de sa foi. Et personne n’est dupe, les différentes formes d’expression visible de cette appartenance religieuse sont encouragées par certains religieux afin de favoriser le communautarisme ce qui facilite ensuite l’embrigadement religieux. C’est un cercle vicieux. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs, même la religion catholique adopte parfois malheureusement un discours ambigu en imaginant que ce retour en force du religieux pourrait leur être bénéfique également. Raisonnement à bien courte vue je le crains quand on voit comment sont traitées les autres religions dans les pays musulmans.

Pardonnez-moi d’avoir été si long et sans doute répétitif pour ceux qui auraient déjà lu certains de mes articles mais, après les attentats islamistes du 13 novembre, il n’était pas inutile de clarifier les choses pour les plus jeunes d’entre nous…

A vos réflexions maintenant ! Libres…

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 17 novembre 2015

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article