Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

L’IRLANDE, UNE EXCEPTION DEMOCRATIQUE, UNE ILE DEMOCRATIQUE DANS UN OCEAN … !

27 Mai 2015 , Rédigé par Patrick CLEMENT

Nous venons d’avoir une belle leçon de démocratie avec le référendum sur le mariage homosexuel organisé en Irlande ce dimanche. Oui, de démocratie. Bravo l’Irlande.

Attention, je pense toujours que c’est une grave erreur d’avoir légalisé le mariage homosexuel pour les raisons évoquées dans trois précédents articles, sur lesquelles je ne vais donc pas revenir en détail. Le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, en vue de fonder une famille, conformément aux caractéristiques physiques évidentes de notre race humaine. Confondre cette réalité intrinsèque à notre nature avec des unions qui relèvent du libre arbitre des hommes et des femmes (que nous pouvons « officialiser » d’une autre manière, puisqu’elles sont fondamentalement différentes) nous amènera à bousculer la nature même de notre civilisation et, plus, de l’identité humaine. C’est une évidence, et « nous » (les habitants de notre planète) en reparleront un jour… quand nous comprendrons les conséquences de cette première marche vers un autre monde. Cela dit, pourquoi ne pas construire les bases d’un autre monde mais encore faudrait-il en avertir nos concitoyens et obtenir leur approbation ? C’était le sens de mes articles.

Par contre, quoi que l’on pense de la démocratie et des risques d’erreur dans le choix des peuples, nous devons respecter ce choix, quitte à le dénoncer pour pouvoir emporter peut-être, un jour, la conviction de ces mêmes peuples. Ainsi, je considère toujours que le mariage homosexuel institué en France, en tant qu’évolution majeure, voire radicale de notre société, ne pouvait relever que d’une décision du peuple par la voie du referendum (et cela est vrai partout dans le monde selon moi). Je pense d’ailleurs qu’il aurait été plus facile d’organiser dans ce cadre de vrais débats entre partisans et opposants. Cela aurait également permis de montrer que le camp des opposants ne se réduisait pas aux seuls catholiques, donc s’appuyant a priori sur des considérations religieuses, mais regroupait des individus animés par toutes sortes de considérations. A bon entendeur salut. La seule manière de réparer cette erreur sera de proposer au peuple de revenir ou non sur une législation qui n’a jamais reçu en tant que telle l’imprimatur populaire. Et je ne développe pas plus ce point mais vous aurez compris qu’un certain nombre de thèmes ne peuvent relever à mon avis que du referendum : par exemple, la politique d’immigration dans la mesure où celle-ci transforme la nature même de notre peuple,…

Evidemment, la France s’éloigne de ce modèle démocratique à marche forcée comme on l’a vu encore dernièrement avec cette réforme de l’enseignement imposée de manière brutale. Et quand je pense aux cris d’orfraie poussés par ces mêmes ayatollahs actuellement au pouvoir, lorsqu’ils étaient dans l’opposition, dénonçant toute concertation engagée en vue d’une réforme car ne s’étalant pas selon eux sur une période suffisamment longue, je crois rêver. Enfin, c’est plutôt un cauchemar. Les français n’ont-ils donc aucune mémoire ? Les médias ont en tout cas perdu leurs archives… et la trace des promesses d’un certain candidat à la présidence de la République.

Je dois dire qu’en aparté, j’aimerais vous faire part d’une observation constatée aux Etats-Unis en matière de sentiment d’appartenance à son pays. Oui, je sais, il est de bon ton de se moquer des Etats-Unis, quoi que les choses aient changé depuis que nos médias se sont entiché des présidents démocrates au pouvoir… par intermittence, et surtout quand ils sont de couleur… Quelle publicité gratuite pour vendre leur fonds de commerce ! Pour ma part, je juge un homme ou une femme politique sur ce qu’il dit ou ce qu’il fait, et non en fonction de sa couleur de peau ou de toute autre considération. En tout cas, j’ai pu constater récemment à quel point les américains, de toutes couleurs de peau justement, et de toutes confessions religieuses, communiaient tous ensemble autour de leur passé qui les rassemble. C’était à Boston mais cela aurait pu être ailleurs. Là-bas, tout est prétexte à se souvenir de l’histoire des Etats-Unis dont les américains sont fiers. Ils n’hésitent pas d’ailleurs dans leurs différents musées à mettre en valeur toute leur histoire, en intégrant celle des indiens. C’est l’histoire toute entière de leur continent dont ils sont fiers.

Et j’en profite pour dire que, sans sous-estimer les tensions raciales qui peuvent exister du fait de l’organisation de ce pays en communautés ethniques (avant qu’elles ne se fondent dans « la masse » quand tout va bien…), j’ai été frappé de constater la grande harmonie qui régnait entre les blancs, les noirs, les asiatiques, … dans la rue, dans le métro. En fait, le respect dû à autrui vaut pour tout américain, quelle que soit son origine, sa race diraient les américains. C’est étonnant de voir que les américains s’excusent s’ils vous effleurent ou ne serait-ce que gênent votre trajet lorsque vous marchez. Ce n’est pas pour rien qu’ils respectent religieusement une file d’attente sans jouer les resquilleurs ou que les voitures freinent au point de s’arrêter à plusieurs mètres des passages piétons pour vous permettre de traverser en toute tranquillité. Oui, je sais bien, tout n’est pas rose partout et tout le temps, mais c’est aussi cela les Etats-Unis que l’on observe en 2015, et pas seulement les tensions montrées copieusement dans nos médias.

Comme vous l’avez compris, je ne perçois pas dans mon pays le désir de nos gouvernants de créer les conditions d’une certaine harmonie au sein de notre peuple français. Je dirais que nos élites bruxelloises non plus ne semblent pas vraiment rechercher la concorde entre les Nations mais se préoccupent plutôt de leur petite tambouille politico-technocratique. Ceci explique peut-être cela. Pour que la France et l’Europe retrouvent un peu de sérénité et une certaine forme de confiance en l’avenir, et l’adhésion des peuples, peut-être faudrait-il que le cap soit mieux défini et que les marins donnent le sentiment de tenir ce cap…

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 27 mai 2015

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article