Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

ALAIN JUPPE : LE SYMBOLE D’UNE GENERATION POLITIQUE COUPABLE DE LA CHUTE DE NOTRE PAYS

4 Février 2015 , Rédigé par Patrick CLEMENT

Alain JUPPE nous annonce donc qu’il voterait pour le candidat socialiste s’il était électeur de la circonscription du Doubs dans laquelle aura lieu dimanche prochain le second tour de l'élection législative partielle opposant une candidate du Front National à un candidat du parti socialiste. Selon lui, l’ennemi, c’est le Front National.

Tout est dit. Non content d’avoir laissé la Gauche infuser progressivement ses idées depuis plus de quarante ans via les médias, la culture, l’éducation nationale, …, puis lors de ses années au pouvoir, ainsi que ses années dans l’opposition, la génération politique d’Alain JUPPE a effectivement toujours capitulé pratiquement devant la Gauche. Oh, pour la galerie, ces décennies nous ont permis d’assister à une mise en scène parfaitement huilée d’un débat démocratique digne de ce nom mais c’est bien l’idéologie de Gauche qui a gangréné petit à petit notre société. Le délire immigrationniste, l’incompétence économique, le diktat culturel et médiatique, le lavage de cerveaux de nos enfants,… constituent bien le bilan de la Gauche. Le livre d’Eric ZEMMOUR a su exprimer toute l’étendue des ravages ainsi causés.

Le Front National, comme je l’ai déjà dit dans mes différents textes, a constitué un pôle politique clairvoyant de résistance mais son leader, par ses excès verbaux, traduisant notamment un fond d’antisémitisme détestable, a selon moi surtout contribué à empêcher la Droite de se tenir droite et donc s’est rendu complice de la mise à mort de la France d’une certaine manière. Marine LE PEN a voulu faire du Front National un parti souverainiste dépassant les clivages politiques Droite/Gauche pour tenter de sauver la France. Ses propositions, en particulier sur le plan économique, peuvent être contestées, et donc débattues, mais cela n’en fait pas un ennemi. Ce qui est certain, c’est que, même entaché par ce défaut de naissance, on ne peut pas reprocher à ce parti d’être responsable de manière active de la situation actuelle de la France puisqu’il n’a jamais été associé de près ou de loin au gouvernement de ce pays.

Pour observer la vie politique française depuis plus de trente-cinq ans, j’ose affirmer que nous sommes arrivés à un point de non-retour qui, s’il est franchi, ne nous permettra plus de redonner à la France la belle nature qui fut la sienne.

Pour cela, il va bien falloir que la Droite retrouve sa dignité. Il va lui falloir proposer un projet de redressement national, loin des calculs politiciens de bas étage. Il lui reviendra ensuite de convaincre le peuple français de la pertinence de son projet. Et si, à l’issue du vote des français, des alliances devaient être envisagées pour pouvoir gouverner, alors, c’est sur la base des ralliements possibles dans le cadre de ce projet, et de ce projet seulement, que ces alliances pourraient se conclure.

En attendant, le Front National avance dans le cadre de son propre projet. La Gauche avance dans le cadre de son propre projet, oh combien funeste. Et La Droite avance dans le cadre de son propre projet. La comparaison des projets aboutit à la conclusion simple et facilement compréhensible qu’ils sont différents. En conséquence, je peux comprendre qu’aujourd’hui des états-majors politiques ne souhaitent pas encourager le projet d’un concurrent qui s’éloigne de son propre projet. Le « ni Front National ni Front républicain » (Front républicain qui ne veut rien dire puisque le Front National est un parti républicain, il s’agit plutôt de « ni d’alliance avec la Gauche ») peut se concevoir pour l’état-major de l'UMP. Aux électeurs de se prononcer par conséquent en fonction de leur propre appréciation de ce que représente chacun des candidats, en l’occurrence du Parti socialiste et de son bilan depuis des décennies, et du Front National et de son projet. L’enjeu est de donner au Front National un troisième député, ce qui ne mettrait pas la patrie en danger, mais ce qui permettrait d’envoyer un signal fort à la Droite sur le sens de son projet. La Gauche, elle, de toute façon, ne comprend rien.

Je crois que la génération politique d’Alain JUPPE, et lui-même au premier chef, devrait avoir un peu de lucidité pour reconnaître les erreurs passées et éviter d’entraîner les français dans le même scénario catastrophique dont nous pouvons mesurer les résultats tous les jours. Se permettre par ailleurs de dénoncer le côté raciste du candidat du Front National en exhibant une phrase sur « l’inégalité des races » alors qu’il s’agissait en fait d’une affirmation relative à « l’inégalité des civilisations » relève du mauvais procès. Mais parlons-en.

D’une part, si l’on avait un peu de courage, on rappellerait qu’il existe bien des races et que, par nature, elles sont inégales car différentes les unes des autres. Ce n’est pas parce que des auteurs racistes, à une certaine période, ont utilisé le terme de races pour conforter leurs thèses sur la supériorité de l’une d’entre elles qui pourrait justifier une prééminence de celle-ci dans la gouvernance du monde qu’il faut écarter une réalité. Alors, sur un plan sémantique, on peut regrouper l’espèce humaine sous forme de races blanches, noires, asiatiques,… ou parler de groupes ethniques, … Mais la réalité est là. A titre personnel, être qualifié comme appartenant à la race blanche ne me semble pas injurieux. Et si j’étais noir, être considéré comme appartenant à la race noire ne me semblerait pas plus injurieux. La réalité du débat, c’est bien de savoir s’il y a des races inférieures et des races supérieures. Et là, tout en admettant la réalité évidente de races différentes, le qualificatif supérieur ou inférieur ne me semble effectivement pas devoir être utilisé. Il existe des races différentes avec des caractéristiques apparentes différentes. Pour ma part, par exemple, j’ai toujours considéré que les asiatiques constituaient une race dotée d’une grande intelligence, dont témoigne d’ailleurs l’ancienneté de leur(s) civilisation(s) et l’agilité intellectuelle qui la caractérise, peut-être renforcée ou développée d’ailleurs dès l’enfance par l’apprentissage de langues difficiles. La race noire, qui présente souvent des caractéristiques physiques au-dessus de la moyenne, a développé, en tout cas en Afrique, des modèles de civilisation moins élaborés selon mes critères. Et effectivement, l’Afrique a pu longtemps être considérée comme en retard dans l’histoire du développement des civilisations. Le XXIème siècle sera peut-être l’occasion de montrer de quoi est capable ce continent. Bref…, bien que tout cela soit subjectif, et je l’admets bien volontiers, nous constatons des différences entre les races. L’important est d’assurer l’égalité des citoyens quelle que soit sa race, comme le rappelle la Constitution française, s’inspirant en cela de la Déclaration universelle des Droits de l’homme et du citoyen de 1789, ne niant pas la réalité des races… : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. » Voilà ce qui est essentiel et doit nous rassembler, au lieu de ces faux débats permettant de jeter artificiellement l’anathème sur untel ou untel.

D’autre part, parce que, avant de reprendre trop rapidement des affirmations non vérifiées avancées par les médias, il conviendrait d’être un peu prudent. Nous constatons jour après jour à quel point une chaîne de télévision comme France 2, fer de lance de pratiquement toutes les chaînes, sert en fait de propagande au pouvoir socialiste en place à travers la présentation qui est faite des sujets traités. Comment ne pas réagir par exemple, un parmi tant et tant d’autres, à la tentative de France 2 de nous expliquer que le monde rentrait sans doute dans une période de croissance nulle pour justifier les résultats catastrophiques de la France et de son président François HOLLANDE. Il suffit de jeter un œil sur les taux de croissance du monde, des pays développés, des pays émergents, et de certains pays européens, pour constater l’inanité d’une telle thèse.

Pour conclure, si la Gauche est dans son rôle consistant à mettre en difficulté la Droite qui ne sait plus qui elle est, il revient au président de la principale formation politique de Droite, pour le moment…, de définir un projet et de le porter comme un guerrier, sur le plan verbal, et non comme une ménagère soucieuse de faire une tambouille avec tous les vieux restes !

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 4 février 2015

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article