Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ALLIANCE REPUBLICAINE DE PROGRES

MOINS DE REGIONS, FIN DES DEPARTEMENTS : PAUVRE FRANCE !

2 Juin 2014 , Rédigé par Patrick CLEMENT

Oui, pauvre France. Je crois que, malheureusement, la baisse de niveau dans tous les compartiments de notre pays qui touche aussi clairement nos dirigeants au sens large, fonctionnaires comme politiques, est renforcée par la faiblesse de l’exigence d’un débat nourri que devrait encourager des médias dignes de ce nom.

Alors, voilà donc la grande affaire qui devrait nous mobiliser : regrouper les régions et/ou supprimer les départements ! Au-delà du fait que nos énergies seraient bien mieux employées à discuter des solutions à mettre en œuvre pour améliorer la situation économique du pays, renforcer la sécurité de nos concitoyens, protéger la France de l’immigration,…, voire tenter de réfléchir « pour de bon » à ce que l’Europe devrait être ou devenir, je crois que la manière d’aborder le débat est symptomatique de notre décadence.

Le mot est fort mais il est approprié je crois. Sommes-nous donc devenus complétement fous ? Les journalistes ont-ils perdu toute conscience professionnelle ? Nos hommes politiques sont-ils incapables de la moindre réflexion personnelle ? Nos « élites » ont-elles définitivement tourné la page « France » au point de se désintéresser de son sort ?

Comment peut-on décemment accepter qu’un débat de ce genre, si tant est que ce débat soit d’actualité, soit porté sans une analyse sur la réalité d’un diagnostic d’abord concerté pour pouvoir être partagé et compris de l’opinion publique. Alors, tout à coup, il faudrait être pour ou contre une douzaine de régions au lieu de vingt-deux, et on pourrait se passer des départements, supprimés d’un trait de plume. Comme ça, sans réfléchir, ou presque !

Pour être lucide, nous avons une réflexion à mener effectivement sur l’organisation administrative de la France. C’est clair. Communes, intercommunalités, communautés urbaines, départements, régions, et j’en passe, tout cela nécessite d’être mieux coordonné. Oui, mais de grâce, prenons le temps de nous interroger sur ce qui fonctionne bien et sur les vrais problèmes. Et ne nous soumettons pas au diktat que j’ai déjà eu l’occasion de dénoncer du coup médiatique pour créer quelque chose de nouveau sans nous être demandé comment améliorer peut-être l’existant, ce qui fait moins le « buzz » j’en conviens mais qui peut être plus efficace aussi.

Il ne sert à rien de dire que l’on veut de plus grandes régions si l’on ne définit pas quelles seraient leurs compétences, forcément différentes car en perdant la proximité, déjà très relative, des régions existantes, il faut bien se poser la question de savoir quelles seraient les missions confiées à ces nouvelles régions dont le centre de décision serait forcément plus éloigné de la réalité des différents territoires qui les composeraient. De même, supprimer le département n’a aucun sens si l’on ne définit pas de manière précise comment seraient prises en charge les compétences qui lui sont actuellement dévolues.

Mais surtout, je reviens sur ce fameux diagnostic qui risquerait il est vrai de mettre à mal la gestion de certains élus locaux en mettant en évidence un certain nombre de dysfonctionnements.

Connaissant un peu le sujet… et surtout sa complexité…, je me refuse à un débat simplifié sur le nombre de régions arrêté comme on lance les dés, jeté en pâture même. Oh oui, douze, c’est sympa, non ? Treize, cela peut gêner les superstitieux. Onze, le chiffre sonne moins bien. Et pourquoi pas dix ?

Arrêtez de casser notre pays, par pitié. Personne ne vous demande de changer pour changer et nous faire croire que vous avez fait quelque chose. Non, nous vous demandons de remettre en marche notre moteur « France » et de remplacer les pièces défaillantes ou d’améliorer celles qui montrent des faiblesses. C’est d’abord un travail de fourmi pour tout remettre à plat et, ensuite, mener une réflexion d’ensemble pour faire des arbitrages. Mais, avant d’aller plus loin, il faudrait avoir démontré une capacité d’assainissement concluante.

Ne cédez pas aux sirènes de la facilité consistant à faire croire qu’en proposant de changer la forme, il serait possible de changer le fond. Travaillez d’abord sur les changements concrets, immédiats, qui sont réalisables rapidement, sans grand chambardement. Ensuite, il sera possible de réfléchir le cas échéant à des évolutions plus profondes. En bref, réussissez déjà à améliorer ce qui existe.

Je crois que notre pays n’a aucune chance de s’en sortir si nous continuons à vouloir faire des coups médiatiques pour amuser la galerie, plutôt que de la politique, de la vraie politique. D’ailleurs, la galerie, le peuple, est heureusement de moins en moins dupe…

Patrick CLEMENT

Boulogne, le 2 juin 2014

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article